https://www.nature-construction.com Nous contacter
1 575
lectures
3
avis

Rencontre avec Jean-Pierre OLIVA… Du haut niveau

Nous vous l’annoncions en actu-express il y a quelques jours, nous sommes allés à une conférence de Jean-Pierre OLIVA (si vous ne connaissez pas, plus d’informations ici). En plus d’être extrêmement compétent (isolation écologique, bioclimatisme, construction et rénovation écologique), il s’avère qu’il est d’une simplicité et d’une gentillesse confondante. Très accessible, nous avons pu passer une partie de la soirée à converser autour d’une biere… Voici un petit rapport pour vous ;).

La conférence

Elle portait sur un sujet de taille : les enjeux de l’efficacité énergétique en ces temps de raréfaction de ressources… Bien que limité par le temps, Jean-Pierre a présenté à une salle archi-comble de la théorie, de la pratique, des exemples de bon sens et… du non-sens aussi. L’homme est très engagé, et pas mal de gens en ont pris pour leur grade, à juste titre. J’ai par exemple appris que l’AEE (Agence pour les Economies d’Energies) était une structure très active dans les années 70, positionnant ainsi la France parmi les leaders européens dans ce domaine (avec l’Autriche). Comment? En prenant en compte une bonne part de bon sens que nous avons oublié. Par exemple, le droit d’ombrage était pris en compte dans ce qui était l’équivalent du PLU de l’époque. Ou encore des préconisations fortes d’isolation différentes selon les régions & environnements différents.

« Chouette« , je me dis, « mais c’est devenu quoi?« . Jean-Pierre y répond dans la foulée : alors qu’il était ministre de l’Industrie du gouvernement Chirac II en 1986, Alain Madelin dissout purement et simplement cette agence, dont une pâle copie sera intégrée dans l’ADEME, lors de sa création en 1990. La raison en est simple, selon Jean-Pierre Oliva, et terriblement logique : pour faire tenir ses promesses au pari du tout-électrique par le nucléaire suite aux chocs pétroliers, il faut généraliser et standardiser le triptyque incontournable : parpaing/laine de verre/plaque de plâtre… Et radiateur électrique. Ca vous rappelle quelque chose, peut-être votre appartement ou votre maison? Exit le bioclimatisme, les études d’ombrages, les préconisations d’isolation adaptées. On industrialise, c’est plus rentable (pour certains).

Autre gros problème de taille selon lui, encore une fois implacable : la scission qui existe entre les architectes et les ingénieurs et bureaux d’études. Là où leur travail devrait être effectué en bonne intelligence, on arrive aujourd’hui à un schéma bipolaire : l’architecte réalise la partie « créative » et les bureaux d’études la rendent possible. Il n’y a qu’à voir le peu d’heures de cours accordées à l’efficacité énergétique, au bio-climatisme, ou à l’isolation en école d’architecture. Les choses changent, mais trop peu rapidement et trop timidement.

Le parallèle avec l’Autriche est parlant. A peu près au même point que nous sur ces questions dans les années 80, une politique gouvernementale moins court-termiste a continué la volonté d’arriver à des bâtiments sains, peu coûteux et performants. Le résultat? Une collaboration sur la norme passive, très répandue , des idées et process originaux (le pisé industriel par tronçon, qui a permis de construire plusieurs bâtiments tertiaires, à plusieurs étages comme une école et un hôpital avec 0 béton)… Tout ceci met l’Autriche à la pointe du bâtiment « parfait » en Europe. Pointe qu’elle devrait partager avec la France… si nous n’avions pas fait machine arrière.

Enfin, autre point qui mérite d’être soulevé : l’hypocrisie autour de la main-mise des architectes des bâtiments de France sur les formes et enveloppes « traditionnelles ». Vous

Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire, de la partager ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Encore une belle rencontre !!!
J’ai eu la chance de passer une semaine avec ce monsieur lors d’un stage au gabion.
Ben, c’est tout ce que vous avez évoqué … sauf la bière le soir ;-)
J’ai ces deux livres et notamment le dernier, mise à jour récemment, sur l’isolation écologique : indispensable et très touffu.
Par contre on ressort toujours énervé lorsqu’on apprend c qu’on apprend et que, désormais, on sait ce qu’on sait … c’est bien de propager ces infos car j’en ai marre d’expliquer le plus gentiment possible que cette « belle » maison à colonnes « traditionnelle » n’est qu’une merde d’un point de vue bioclimatique, surtout quand, en plus, elle coute 400000 euros …
Heureux les innocents ;-)

Allez hop je pars à l’école !

Yann.

Et j’oubliais : en prime, sur pas mal de points, on peut faire des parallèles avec ce qui se passe dans l’agriculture … j’ai donc pas fini de grincer des dents …
C’est pas grave, faut tenir le cap !!!

Salut Yann,
Tu as bien raison, à la fois sur la belle maison à colonne et sur le parallèle frappant avec l’agriculture… C’est d’ailleurs à se demander si les objectifs ne sont pas le mêmes !

Où en es-tu de ta recherche d’exploitation & de ta rénovation?

A très bientôt

Désolé, les commentaires sont clos pour le moment.