https://www.nature-construction.com Nous contacter
601
lectures
5
avis

Un petit tour en Malaisie

mlaisiegrand

Après nos décevantes péripéties dans le sud de la Thaïlande, nous nous sommes rendus en bus jusqu’à l’île de Penang, dans le nord ouest de la Malaisie.

Les 10 heures de bus de Krabi à Georgetown se sont très bien passées, même si nous étions très anxieux à cause de notre chauffeur/chauffard qui poussait un peu trop sur le champignon dans les embouteillages et en ville…

Georgetown est une ville très agréable et surtout multiculturelle. Alors que la Malaisie est majoritairement musulmane et plutôt conservatrice (d’après ce qu’on nous a dit !), Penang est multiethnique et très ouverte à tout type de population. Il y a donc beaucoup de Malaisiens bien entendu, mais aussi une très forte population chinoise, ainsi qu’indienne. Il y a aussi beaucoup de thaïs et ce multiculturalisme se retrouve dans l’architecture (cette belle ville est classée au patrimoine mondial de l’Unesco grâce à plusieurs bâtiments et monuments architecturaux de toute beauté), ainsi que dans la tradition culinaire et la religion. On passe de mosquées en temples bouddhistes, de « Little India » aux grands magasins modernes, des femmes en mini-jupe aux dames voilées. Les chats et les chiens sont rois et se baladent de partout dans la ville. Tout ce petit monde cohabite dans un joyeux bordel qu’on a un peu de mal à apprécier au premier abord. Georgetown est une ville vibrante et agitée, où la chaleur nous a parfois contraints à nous réfugier sous les ventilateurs. C’est une fois la nuit tombée que nous (enfin surtout moi…) avons le plus apprécié la ville, qui offre une multitude de choix de restauration, du 5 étoiles au bouiboui de rue. Nous avons dégusté avec allégresse tout ce qui nous tombait sous la main, nous avons souvent squatté les « food-courts » où Nicolas pouvait se cantonner aux sécurisantes lasagnes alors que je testais avec audace les plats locaux. Je retiendrai en particulier le « Ice Kalang » (kalang veut dire haricots), c’est-à-dire une montagne de glace pillée, arrosée de sirop (de palme, de canne, de noix de coco), éparpillée de haricots rouges blancs marinées en gelée, surplombé d’une boule de glace. C’est un peu bizarre, mais moi j’adore ! Un petit tour au bookshop et j’ai fais le plein de livres de cuisine Malaisienne, tant elle me fascine de par sa richesse et ses origines multiples…

Rue de Penang Etalle de nourriture de rue à Penang

Nathalie fait la bouddhiste Oh les beaux yeux

Food court de Penang Ice Kalang !

Nourriture de rue 75 Traveller's lodge

Souvenez-vous que nous n’étions pas à Penang que pour bouffer et boire ! Nous avions pour mission de refaire notre visa thaïlandais et c’est ce que nous avons fait le lundi matin, mais pas sans mal. Nous avons décidé de nous y rendre à pied, non pas par radinerie, mais plutôt par conscience sportive… 5 kilomètres plus tard, nous arrivons au consulat, qui nous annonce que nous avons besoin d’une photocopie de notre passeport… Le monsieur au comptoir nous confirme que non, nous ne pouvons pas utiliser SA photocopieuse, même en payant, car il faut une photocopie de l’extérieure (ouch ! ), par exemple de la ville la plus proche à 2kms, merci ! Nicolas y va en courant, revient en sueur et présente sa photo, refusée sur le champ. Car voyez-vous, il n’était pas habillé correctement sur cette photo, puisqu’il portait un débardeur vert qui laisse apparaitre une partie de sa magnifique épaule… Alors nous avons bien pleuré et finalement, tout s’est bien terminé, sous la pluie tout mouillés mais avec nos passeports tamponnés !

Le mardi, nous avons pris la direction des Camerons Highland, une « station de colline » dans la jungle malaisienne. Nous avons rencontré un charmant couple lyonnais dans le bus, avec qui nous avons passé 3 jours très agréables dans la fraicheur des plantations de thé. Les Camerons Highlands ressemblent à une station de ski au milieu des cultures. Ici, on fait pousser des légumes et surtout des hectares et des hectares de thé. Nous avons logé à Father Guesthouse, une auberge de jeunesse entourée de jardins et au sommet d’une colline, avec une magnifique vue sur les similis chalets suisses pour touristes en quête de fraicheur et de nature. Notre première nuit fut épique, probablement la seconde plus mauvaise du voyage après celle des moustiques de Nouvelle-Zélande. Nous dormions dans des anciens baraquements de l’armée britannique où apparemment les lits étaient aussi d’époque, puisqu’on sentait les ressorts du matelas à outrance et la couverture était trop petite pour nous deux. Nous avons upgradé pour une chambre normale les nuits suivantes…

Vue de father Guesthouse, Cameron Highland Les barraquements de l'armée britanique, recyclés en hebergement

Father Guesthouse, cameron highland Notre chambre à father guesthouse

Nico et le puppy father gueshouse

Coucher de soleil sur Cameron Highland Cameron Highland

Cameron Highland

Nous sommes allés visiter une magnifique roseraie, parsemée de statues et sculptures hyper-kitchs avec une superbe vue sur les collines des environs. Nous avons ensuite fait un tour dans une des nombreuses serres où poussent des fraises hydroponiques. Car la Malaisie est aussi forte que l’Espagne en termes de culture hydroponique. Aux Cameron Highlands, il fait une constante température de 22 degrés, toute l’année. Le manque de saison rend certaines cultures difficiles et surtout les sols sont acides. Pour faire pousser des fraises, ils utilisent donc du substrat fait à partir de fibres de noix de coco (qui poussent à foison) et y balancent un cocktail de minéraux et vitamines pour faire pousser les fraises. Nous n’avons pas goûté lesdites fraises mais des produits dérivés qui étaient délicieux (hum le milk shake et la confiture de fraise…). Nous étions un peu dubitatifs sur l’hydroponie et pourtant, notre guide nous a assuré que c’est une solution « éco-friendly », puisqu’elle évite la surexploitation des sols, permet de maximiser la production tout en évitant d’utiliser trop de pesticides et de produits chimiques divers, puisque les plantes sont protégées dans les serres. Etant donné qu’il fait tout de même chaud, on n’a pas besoin de chauffer les serres et la seule dépense énergétique semble provenir des gouttes à gouttes… On reproche souvent à l’hydroponie d’utiliser beaucoup de plastique, c’est vrai que les bacs à substrat sont tous en plastique, mais on nous a dit que c’est un plastique biodégradable… On pensait que les fruits seraient fades et pourtant les produits que nous avons testés étaient délicieux. Alors que penser ? Je ne sais pas il faudra que je fasse de plus amples recherches sur le sujet, votre opinion est la bienvenue ! Pour ma part, je pense rester sur la permaculture, avec des bonnes vieilles racines dans la terre, quitte à nourrir les petites bêtes avec mes cultures…

Vue de la roseraie de Cameron Highland Nico Nat Vero et Antoine, roseraie

La roseraie de Cameron Highland Statut kitch de la roseraie

Nicolas devant les statuts kitchs Fleur papillon bleue

Les fraises hydroponiques Les fraises hydroponiques

Nous avons ensuite visité une usine des fameuuuuuuuuses plantations de thé « BOH ». Nous avons ouverts de grands yeux devant les hectares de champs d’arbres à thé. On nous a expliqué le fonctionnement de l’usine et les étapes de création des si précieuses feuilles de thé brun. On ne regardera plus jamais notre tasse de thé de la même façon… Puis, nous nous sommes rendus dans une vilaine ferme à papillon où les pauvres insectes, si somptueux soient-ils étaient maltraités par les visiteurs qui les attrapaient sans aucune gène, abîmant leurs belles ailes… Nous sommes sortis à toute vitesse, une grosse boule à l’estomac :’(

Vue de Bow tea Plantation à Cameron Highland Antoine, Vero, Nat et Nico à Bow Tea Plantation

Une plante de thé Bow tea Plantation

Bow Tea Plantation Bisou à Cameron Highland

Notre séjour à Cameron Highland était très reposant, principalement grâce à la fraicheur et l’agréable compagnie des gens nous accompagnant. Nous revoilà sur les routes ! Nous partons en direction de Koh Tao, une île au sud est de la Thaïlande. C’est notre troisième tentative pour trouver le paradis, les deux première à Phuket et Krabi n’étant pas très fructueuses… Nous ferons 10 heures de bus et 6 heures de bateau. Il ne nous reste plus qu’à trouver un bungalow raisonnable près d’une plage sans méduses, un petit restau pour boire des mangoes shake et tout sera parfait…

Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire, de la partager ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

plusse que des gros bisous: j’adore vous lire: ce n’est que du merveilleux que vous apportez
bravo profitez encore: ici ce n’est pas aussi pittoresque
tatata

C’est marrant cet article, ça m’a fait pensé à notre récent séjour aux Cameron Highlands où ns avons rencontré un couple français charmant ;-).
Ce fut un plaisir ces trois jours ensemble dans les étonnants Cameron Highlands. Profitez bien de vos mangos shakes et votre plage sans méduse, veinards !

Antoine et Verónica

P.S : Nico, des lasagnes à Penang ?! Voyons ;-) !

Encore un merveilleux article ma chérie. On ne s’en lasse pas !! Que de belles découvertes !! Profitez un max, ça se rapproche maintenant !! yesssssssssssss :-)))

Toujours de beaux sourires sur les photos c’est fort! J’espère que vous êtes toujours aussi plein d’énergie pour le reste du voyage! Continuez comme ca à apprendre, à découvrir et à défendre vos belles convictions :) Pas toujours facile de partager ses idées je sais de quoi je parle!
Merci encore pour ces « updates »… :-)

On ne se lasse pas de vous voir !
Quel paysage !
et quelle joie de vous voir heureux !
et votre énergie avec….
Biz.

Désolé, les commentaires sont clos pour le moment.