Vous êtes ici : > Fiches "savoir" > Fabrication d’un composteur en palettes
Publié par le 30/04/2012 dans Fiches "savoir" | 28 commentaires

A quoi ça sert?

Pour le cas où vous débuteriez ou voudriez un rappel, je vous invite à lire notre autre fiche de savoir sur le compost. Elle est très détaillée et contient le pourquoi du comment de la chose. Je vais simplement ici détailler la partie « comment le faire », en utilisant des palettes. Vous l’avez certainement remarqué, ce n’est pas facile de faire des choses « jolies » avec des palettes… La plupart du temps, cela devient même assez moche. Ici, nous avons pris le temps de dessiner et de réfléchir à notre composteur pour le rendre le plus « pro » possible. N’hésitez pas à nous laissez votre avis en fin d’article…

L’emplacement

L’emplacement du compost est important. Il ne doit pas être trop ensoleillé, car sinon il va sécher et la décomposition va se ralentir, puis s’arrêter. Il ne doit pas être trop ombragé ou dans une zone trop humide, sinon il va pourrir. Un mix des 2 est donc idéal… A vous de jauger en fonction de votre terrain ! Ajoutez également qu’il ne doit pas être trop loin car sinon vous n’y viendrez pas souvent. Pour notre part, voici l’emplacement :

A titre indicatif, le tonneau en métal sur le photo du haut indique le sud. Notre composteur a donc l’orientation optimale pour le solaire passif, mais bénéficie de l’ombrage partiel des arbres derrière le tonneau et du rideau d’arbres derrière le tas de déchets vert (à l’ouest) contre les fortes chaleurs de fin d’après-midi. Par ailleurs, l’endroit est dans une cuvette assez humide, ce qui maintiendra le mélange équilibré.

Avant de se lancer

Essayez de jauger du volume nécessaire. Si vous êtes des fanas de légumes (comme nous ;)) il y a fort à parier que vos poubelles ne soient quasiment que composées d’épluchures et autres parties de végétaux. Ajoutez à cela les déchets verts, le tas montera vite. 1m3 est souvent un minimum… C’est d’ailleurs le volume approximatif de notre composteur. Les bonnes pratiques que l’on trouve un peu partout disent qu’il faut plusieurs tas ou composteurs côte-à-côte afin de pouvoir changer de bac lorsqu’un est plein. Le mélange de compost entre les bacs aide grandement à la décomposition. De notre côté, on va attendre de voir comment se comporte le nôtre et à quelle vitesse il se remplit avant d’attaquer le 2ème.

Prévoyez-le simple et efficace. Il faut que votre bac réponde principalement à ces exigences :

  • Il doit être aéré : les palettes sont idéales pour ça.
  • Il doit posséder un toit étanche pour réguler l’humidité
  • Il doit offrir un accès facile et rapide à la base du tas pour pouvoir le fourcher et le sortir lorsqu’il est prêt.

Etapes de la construction

Préparation du sol

Il faut le remettre à plat (autant que possible). Cela permet d’avoir une surface simple pour travailler, et d’éviter que le tas de compost soit par gravité entraîné sur un côté du composteur et donc accélère la dégradation du bois qui le compose.

 

Récupération des palettes

Il y en a un peu partout. La plupart du temps, les gens/sociétés ne savent qu’en faire et seront très heureux de vous les donner. Idéalement, choisissez des palettes robustes et épaisses, en bois non traité.

Assemblage « pour de faux »

Toujours dans un souci de précision et de « professionnalisme » avec des contraintes un peu originales (des matériaux non choisis ou d’une forme qui ne vous est pas favorable), je vous invite vraiment à vous poser autour de vos palettes et de faire des tests d’assemblage. Vous trouverez presque à chaque fois des solutions auxquelles vous n’aurez pas pensé, juste en manipulant vos matériaux… Surtout si vous êtes plusieurs sur le coup ;).

 

Réalisation et battage des pieux de soutien

Les pieux sont à notre avis indispensables pour arrimer solidement le composteur au sol. En fonction de l’endroit où vous le positionnez, votre compost aura (ou pas) une prise au vent importante. Si vous le construisez sur un terrain en pente sans réaménagement préalable, il risque de tomber. Pour réaliser les pieux, peu de choses suffisent : des chevrons de récupération taillé en pointe d’un côté à l’aide d’un scie égoïne ou sauteuse.

 

Fixation des palettes entre elles et sur les pieux

Pour cette partie, la manière la plus simple de fonctionner est la suivante : positionnez votre palette sur le sol, à l’endroit et dans la position où vous voulez la voir fixée. Insérez ensuite vos chevrons à l’intérieur de la palette puis positionnez-les de manière à ce qu’ils touchent les côtés intérieurs de cette dernière. Commencer à les battre de manière à ce qu’ils tiennent en terre seuls. Retirez la palette par le haut puis terminez de les battre (jusqu’au refus, terme emprunté aux professionnels des pieux : c’est-à-dire jusqu’au moment le pieu ne s’enfonce plus en terre. Ceci est valable sur sol dur uniquement. Si vous êtes en sol meuble, enfoncez simplement suffisamment de pieu pour qu’il soit solidement en terre).

Le cas de la façade

La façade est un peu particulière puisqu’elle reçoit la porte (qui s’ouvre en bas pour prendre le compost prêt à être utilisé, ou pour le réaérer un peu). Nous avons choisi une palette avec des planches très rapprochées et nous l’avons coupée en 2 : la partie du haut est vissée sur le châssis et la partie du bas reçoit 2 charnières qui lui offrent une liaison pivot avec la partie du haut :

Il faut maintenant fixer la porte en bas : en effet, le poids du compost sur la porte et sa position d’équilibre naturelle la forceront à s’ouvrir. Pour la fermeture, un système simple : Perçage du châssis fixe et de la porte avec un foret de 16mm, puis blocage avec un bambou fin.

Le grillage de maintien du tas

Les palettes c’est bien : garder son compost dedans c’est mieux. Etant donné que le compost est fait d’épluchures, déchets végétaux de tailles diverses, déchets verts… il ne se tient absolument pas. Il est donc important de veiller à ce qu’il ne déborde pas de son conteneur. Pour cela, fixez du grillage carré (maillage 10mm) sur tout le tour intérieur de votre châssis :

N’oubliez pas de faire la porte : du fait de son articulation, le plus simple et le plus propre consiste à fixer le grillage comme si la palette était d’un seul tenant, puis de faire à l’aide d’une pince coupante la séparation entre la partie basse et haute de la facade.

Le toit

Ne reste qu’une étape : le toit. Ce dernier doit être étanche (sinon le compost pourrira) mais pas trop (il doit laisser passer un peu de pluie). Un peu pour tester notre nouvelle défonçeuse ;) et un peu pour le rendre plus étanche, j’ai choisi de réaliser un toit avec des planches de palettes assemblées en feuillure (avec un décroché sur les arêtes de jonction).

Tada !!

Ne reste qu’à fixer ce toit sur le châssis avec 2 autres charnières, pour pouvoir alimenter le compost et « regarder sous le capot ». Le résultat final :

Et vous? Qu’en pensez-vous? Avez-vous/Auriez-vous fait autrement? Avez-vous des retours d’expérience à nous faire partager?

28 Commentaires

  1. DIY recyclage, 5 tutos et pages pour agir !
    17 septembre 2014

    […] Voici un tuto proposé par http://nature-construction.com/ pour apprendre à fabriquer un composteur avec des palettes. Accéder au tuto. […]

  2. David
    18 octobre 2013

    Bonjour Nicolas,

    Beau travail ! J’ai moi aussi fait un composteur en palette récemment : http://www.mercereau.info/debuter-en-biroclage-de-palette-un-composter/

    Site très sympa, je le met dans mes flux RSS !!

    David

  3. Sarah
    7 octobre 2013

    Bonjour,
    Je suis journaliste pour France 5 et je prépare un sujet sur lequel j’aimerais vous interroger : la fabrication de son compost.
    Pourriez-vous me contacter au + vite?
    Je vous remercie par avance et espère à très bientôt.
    Sarah – Journaliste
    01 55 20 07 20
    06 63 13 10 97

  4. Eric
    5 octobre 2013

    que faut il metre au sol
    pour le bac a composte

  5. Nicolas
    16 juillet 2013

    Bonjour Michel,
    Merci pour ce retour fort instructif sur votre construction ! N’hésitez pas à nous en envoyer des photos… N’oubliez pas le traitement du bois en fonction de l’humidité de l’endroit

  6. Michel
    23 juin 2013

    Bonjour
    Vendredi dernier j’ai aidé un ami à faire son silo à compost à partir de palettes récupérées gracieusement ( car ici , ils les vendent parfois ).
    Pour situer le  » ici « , nous sommes en Nouvelle Calédonie.
    Nous avions déjà l’idée et nous nous sommes inspirés de cet article fort intéressant !
    Nous,( je devrais dire LUI ), nous avons démonté la partie inférieure des palettes et conservé que le dessus.
    De son côté, il était parti avec l’idée de les fixer entre elles avec des équerre; moi j’étais d’avis d’utiliser des piquets de barrière; c’est l’option retenue.
    En une heure les trois panneaux de palettes étaient fixés.
    La face avant est à l’étude.
    Nous n’avons pas prévu de grillage intérieur du fait que nous récupérons du fumier de cheval et que les déchets alimentaires représentent une infime proportion; donc l’ensemble du compost se tiendra tout seul !
    Pour la face avant, j’ai une autre idée !
    A suivre . . .
    Merci pour ce document très intéressant et instructif.

    Michel

  7. Nicolas
    3 juin 2013

    Bon courage Jacky ! Tenez-nous au courant de vos travaux !

  8. JACKY QUETRI
    1 juin 2013

    Bonjour, après avoir lu vos commentaires respectifs, je vais me lancer aussi à construire mon composteur. Bonne fin de journée, bon week-end et merci de vos conseils.

  9. claudio
    12 mai 2013

    Bonjour
    Félicitations pour votre site et vos articles.
    Pour le composteur: je pratique la construction de celui ci en bois de recupération ( palettes ou autre)depuis plusieurs années et je me suis trouvé effectivement confronté a certains des problèmes évoqués sur des mail précedents.
    La première suggestion est celle de rajouter dans votre concept la possibilitée d’une ouverture complète de la façade principale. Si la petite permet la recupèration partielle de petites quantités de compost, la grande sera très utile au printemps lors de la recupération en grande quantité du compost pour le potager ou encore comme le suggère Domirock dans le cas de transfert dans un deuxième bac pour favoriser et activer la decomposition des matières.

    J’ai supprimé également l’utilisation d’un grillage à l’interieur du composteur en reduisant les interstices entre les planches et cela suffit largement pour supprimer le problème des fuites laterales.
    En outre le grillage à l’interieur va vous gener lors de la recupération du compost en grosse quantité avec des outils comme la fourche.

    Je ne traite plus le bois car je n’ai pas remarqué de gros avantages sur la durée de vie du bois. Je pense qu’a partir du moment ou l’on utilise du bois de recuperation on dois également se contenter d’une durée de vie de la matière moins importante que le pvc ou d’autres matières plus honereuses.Je refait mes tructures lorque le bois utilisé arrive au bout de sa durée de vie.

    Bravo encore pour tous vos articles !!

  10. Domirock
    6 avril 2013

    J’ai fait un composteur en palettes encore plus rudimentaire: 4 palettes et du fil électrique pour ligaturer le tout.
    Le secret est ailleurs: J’ai plusieurs bac à compost. Tous les mois, je change le compost de bac: je le retourne. Je remplis mon bac pendant 6 mois. Au bout de ce temps, je le stocke dans un autre; je commence un nouveau compost tout en retournant les deux tas, et ainsi de suite. Au bout de 18 mois/2 ans, j’ai du terreau à base de légumes et de toilettes sèches.

  11. Nicolas Bonniot
    20 janvier 2013

    Bonjour Caroll,

    Je n’ai pas testé, mais je dirais que si il y a plus de soleil, il faut réduire l’écartement entre les planches de palettes afin de limiter la perte d’humidité… Ou sinon arroser plus régulièrement. Le carton me semble une bonne idée également : je pense qu’il ne se décomposera pas forcément tout de suite et sera un bon moyen de maintenir l’humidité nécessaire.
    L’équilibre entre humidité et sécheresse à atteindre est très empirique et je vous invite à faire différents tests en fonction de la période de l’année.

    Bonne continuation !
    Nicolas

  12. caroll
    20 janvier 2013

    Bonjour Nicolas, merci pour ces pas a pas du composteur. Je vis en Andalousie et donc je voudrais savoir si le fait de + de soleil change la construction ou disons l ecart entre les planches de palettes? et puis on m a parlé de carton a l interieur sur les parois ainsi tout ce decompose sans tomber. Mais il faut donc remettre du carton a chaque fois…Et pour Emanuel Rogue j aimerais son facebook pour pouvoir voir ses creations
    Merci beaucoup pour toutes ces indications .
    Bonne année 2013

  13. Nicolas Bonniot
    10 décembre 2012

    Bonjour Mike,
    C’est tout à fait vrai : merci pour cette précision ;) !

  14. Mike
    10 décembre 2012

    Merci pour cette explication pas à pas et détaillée !

    A noter aussi que le grillage sert à isoler le contenu du composteur des rongeurs gourmands, lorsqu’il est posé sur les 6 faces du composteur.

  15. Emmanuel Rogue
    2 décembre 2012

    super tuto très simple et efficace !

    dans mon jardin, j’ai fait un composteur un peu similaire (quoique plus simple encore) avec des palettes de récupe. on a la chance d’avoir plusieurs lotissements bien laids en construction à coté ce qui m’a permis de ramasser pas mal de palettes et de déchets de construction encore utilisables : bois de coffrage, tuyaux, plaques de PVC, boulons et écrous, bardages, tuyaux, etc…

    du coup, j’ai non seulement fait mon composteur en palettes, mais aussi une serre, une cabane à outils (qui me sert aussi pour le sechage de mes herbes aromatiques) et un plan de travail (qui fait aussi office d’abri pour le bois de taille qui me sert au barbecue l’été venu).

    résultat à voir sur ma page facebook !

    en tout cas, continuez comme ça à nous donner des idées et des méthodes, c’est très utile !

  16. Nicolas
    2 août 2012

    Bonjour Jacques,
    N’hésitez pas à nous envoyer des photos de votre réalisation, et si vous trouvez des adaptations ou des améliorations, à nous en faire part !

    A bientôt,

  17. Nicolas
    2 août 2012

    Bonjour Jacques,
    Merci pour votre message ! C’est toujours un plaisir d’avoir un retour ;)

    A bientôt !

  18. feyt jacques
    28 juillet 2012

    super bien le plan pour le composteur a prix reduit,je suis a la retraite et je me suis mis au jardinage,je cherchais a en faire un pour pouvoir manger des legumes de qualite et non ceux du commerce
    merci les jeunes pour vos idees

  19. Nicolas
    27 juillet 2012

    Bonjour Philippe,

    Merci pour votre commentaire : vous soulevez un point pertinent. Je n’ai pas de recette miracle, d’autant qu’il faudrait analyser chaque palette pour n être sûr. Cela étant, j’ai remarqué que les palettes de bois brut sont souvent de la couleur naturelle du pin, alors que les traitées sont :

    • Soit jaunes du fait du traitement antifongique
    • Soit plus foncées du fait des autres traitements

    Si vous avez d’autres astuces à l’avenir, n’hésitez pas à revenir les partager ici !

  20. Philippe
    26 juillet 2012

    Hello
    C’est vrai que les palettes sont une vraie ressource pour le bricolage. Maintenant moi aussi je cherche des non traitées et j’avoue qu’il est pour moi difficile de savoir si elles le sont ou pas quand je les trouvent. Avez vous une astuce pour le savoir ?
    Bravo et merci pour toutes ces infos, il y a sur ce site pleins de sujet sympa.
    Philippe

  21. Nicolas
    1 juin 2012

    Bonjour,
    Je pense que tu as tout à fait raison : un maillage fin des planches devrait suffire. Je t’invite cependant à traiter correctement le bois car comme tu auras moins de respiration que notre modèle, tu es susceptible d’avoir une pourriture plus rapide de ton châssis.

    A bientôt !

  22. Toilettes sèches
    25 mai 2012

    Salut,

    Je suis en train de ma lancer dans la fabrication de toilettes sèches et je cherchais des infos pour fabriquer le composteur. Je pense que je vais te piquer l’idée de l’assemblage en feuillure pour les parois des toilettes.

    Pour le composteur je pense resserrer les planches entre elles et ne laisser que 1 ou 2cm d’espace. Ca m’épargnera la pose de grillage et je pense que ça devrait suffire à tenir le tout.

  23. Nicolas
    14 mai 2012

    Bonjour David,
    Un petit up sur ta question précédente : après plusieurs recherches, on a traité l’extérieur du composteur au triptyque huile de lin/brou de noix/essence de térébenthine (un peu). Pour l’intérieur, un mélange qui semble être inoffensif et en même temps protecteur :

    • Huile de lin
    • Brou de noix
    • Essences d’agrumes

    Les proportions varient en fonction notamment du résultat en termes de couleurs.

  24. Nathalie
    3 mai 2012

    Le grillage on l’a payé je crois 10 ou 15 euros le rouleau, en effet c’est pas donné mais ça va quand même :o)(on va d’ailleurs pouvoir faire 2 composteurs avec je pense).

    On peut aussi récupérer du grillage de poule ou tout simplement mettre des cartons, avec du papier bulle-pack (récupéré aussi) j’ai lu. On peut aussi choisir de « dépalleter » les palettes et construire une structure plus fermée, genre 2 ou3 cms entre chaque. Mais là, c’est plus de boulot et les clous sont souvent enfoncés à la machine, assez difficile à sortir …

    Pour le traitement du bois, je pense qu’il vaut mieux ne pas le faire. Je pense que ce n’est pas super pour nos amis les vers. Par ailleurs, avec le toit, il est un peu protégé et au pire si dans 5 ans une palette est abîmée, il n’est pas onéreux de la changer. On fait un tas avec son compost (ça l’aérera justement), on change la palette et on remet le tout.

    Par ailleurs, il faut noter que notre compost ne va pas monter à une très haute température. On aurait pu choisir de faire une structure plus fermée et de le couvrir d’un tapis par exemple, pour conserver la chaleur à l’intérieur, faire monter le tas qui se décompose alors plus vite. Mais c’est un peu plus de manutention. Nous on met juste les épluchures, on met à peu près l’équivalent en matériaux bruns et c’est bon ;o)

    Voir la fiche sur le compost à ce sujet !

  25. Nicolas
    2 mai 2012

    Bonjour David,
    C’est une question que je me suis posé… Il est vrai qu’il risque de pourrir. Je pense qu’un traitement huile de lin/essence de térébenthine permettra d’éviter pas mal de déconvenue, mais j’ai préféré ne pas le faire car je ne suis pas certain que ce soit bon pour le compost.

    Je vais me renseigner sur le sujet, voir ce qu’on peut trouver qui ne soit pas toxique pour nous/le compost.

    Merci pour ta remarque !

  26. David
    2 mai 2012

    Merci pour cet excellent post. Par contre, le fait que ce soit du bois non traité, le bois de palette ne risque t-il pas de pourrir rapidement au contact de l’humidité? Ne faut il quand même pas le traiter d’une manière ou d’une autre?

  27. Nicolas
    1 mai 2012

    Merci Yann !
    Ta remarque est très judicieuse… Il coûte un bras ce grillage. On ne l’a pas récupéré mais on a bénéficié d’une promo dans notre magasin de bricolage, du coup ça le rendait carrément intéressant.

    Je me demandais, tu as mis quelque chose de similaire pour le compost sur ton terrain aveyronnais?

    La bise !

  28. Yann
    1 mai 2012

    Très joli.
    Petite remarque concernant le garnissage intérieur.
    Vous y mettez ce grillage qui est extra mais qui vaut les yeux de la tête si on l’achète … l’avez vous récupéré ?
    Sinon on peut envisager un tapissage intérieur en bambous, fendu en 2 éventuellement.

    A la prochaine réalisation.

    Yann.

Laisser une réponse