https://www.nature-construction.com Nous contacter
1 366
lectures
1
avis

Stage de permaculture sur un week-end

permastagegrand

De retour dans l’île du nord de la Nouvelle-Zélande nous nous sommes rendus à Raglan, une ville côtière à l’ouest de Hamilton, pour participer à un weekend d’introduction à la permaculture.

Nous avions RDV à Solscape, un très grand éco-lodge en haut d’une colline dominant la mer. C’est un lieu de RDV pour les surfers du coin, qui ont le choix de loger dans leur van, dans une tente, dans un des wagon-train restauré en chambre, dans un tipi ou dans une superbe maison écologique tout en bois. La plupart des installations du lieu sont assistées de panneaux solaires (thermiques et photovoltaïque), il y a des récupérateurs d’eau et certains bâtiments sont construits à partir de matériaux recyclés. C’est un lieu parfait pour faire la rencontre de Nelson, la personne qui nous présente ce weekend d’introduction à la permaculture.

Solscape7 Solscape6

Solscape4 Solscape3

Nelson est américain, mais depuis 3 ans il vit en Nouvelle-Zélande pour finir son doctorat en design de systèmes. Systèmes ? Naturels, humains, intérieurs, extérieurs… Selon lui tout se design et se pense. C’est le propre de l’humain de faire des choses belles et aussi des choses utiles, le design met à profit notre intelligence pour faire des choses belles ET utiles, en même temps ! Nelson travail à Solscape en même temps qu’il fini son doctorat. Il s’occupe du jardin potager et a fait un travail incroyable sur cette terre argileuse et difficile à travailler. Il va nous montrer son œuvre ce weekend, et s’en appuyer pour nous présenter les principes de base de la permaculture.

Je vous avais déjà parlé de permaculture, lorsque nous étions chez Judy, mais aussi à l’éco-village au Nord d’Auckland, ainsi que lors de notre journée de jardinage à Hamilton (cliquez sur les liens pour revoir les articles).

Le mot permaculture vient de la contraction de « d’agriculture » ou « culture » et de « permanente ». C’est un terme qui a vu le jour dans les années 80, avec les travaux de Bill Mollison et son élève David Holmsgren (dont je vous conseille les livres à la fin de l’article). La permaculture c’est à la base l’aménagement d’un paysage en un système producteur de nourriture. Mais c’est bien plus que cela. Sans rentrer dans des termes ésotériques qui pourraient faire baisser votre intérêt pour le sujet, c’est une philosophie d’aménagement de territoires, d’espaces, de lieux. C’est une façon de penser, de voir les choses, pour leur trouver une utilité en alliant des fonctions et des caractéristiques. C’est surtout une méthodologie qui encourage à travailler AVEC la nature et non plus contre.

Rien ne vaut l’exemple ! La permaculture c’est une science systémique et holistique qui ne vous donnera pas des clés précises et simples à appliquer, mais plutôt des idées à piocher, un nouveau regard à adopter pour que vous soyez vous aussi des « designers » très rapidement. Petit parenthèse importante, le mot « design » n’a pas la même signification en anglais que chez nous. En permaculture, le design signifie le « dessin », le « plan », et non pas le design dans le sens « fashion » et « tendance ».

La permaculture peut vous apprendre à dessiner de manière intelligente votre jardin, à décider comment les lits seront construits, quelles plantes vous allez planter à quel endroit et comment vous aller vous en occuper. Votre but sera « travailler moins pour récolter plus » ! C’est-à-dire qu’en réfléchissant au préalable à votre design avant de vous jeter sur la pelle et l’insecticide, vous éviterez les erreurs et serez en mesure de passer moins de temps à travailler la terre. Vous avez mieux à faire qu’à désherber, vous battre contre les limaces, creuser, retourner la terre et arroser ? Intéressez vous à la permaculture et vous gagnerez du temps.

Nelson nous a expliqué qu’en passant 5 minutes par jours avec un peu de bon sens dans son jardin, il a pu faire pousser une très grande quantité de choses, sans pesticides, insecticides et sans sueur ! On dirait un programme de coaching sportif n’est-ce pas ? ;)

Solscape8 Solscape10

Solscape9 Solscape

Voici quelques mises en situation rapide pour vous illustrer le propos :

Un jardin est plus facile à entretenir s’il est proche de votre maison, proche d’un lieu de passage comme l’entrée ou la cuisine et surtout s’il est juste sous votre nez (et pas au fond de la pelouse).

La clé d’un jardin facile à entretenir, c’est de laisser la nature faire le travail à votre place. Par exemple, pour éviter de creuser et retourner la terre pour l’aérer, éviter de la compacter en marchant dessus ! Vos lits doivent être suffisamment petit (120cm de large max). Si vous ne compressez pas la terre, les vers de terre le feront à la votre place et vous n’aurez pas besoin de l’aérer.

« Il n’y a pas de problèmes, il n’y a que des solutions », c’est la devise positive de la permaculture. Par exemple, si vous avez un problème de pucerons, changez votre façon de voir la situation en vous disant que vous n’avez pas assez de coccinelles dans votre jardin.

Les mauvaises herbes ne sont pas là juste pour nous ennuyer, elles ont une utilité, elles protègent la terre et apparaissent là ou la terre est à nu. Pour éviter les mauvaises herbes, mulchez/paillez votre jardin. C’est-à-dire qu’entre chaque plan de tomate, de pomme de terre, de courgette, de brocolis … vous allez recouvrir la terre avec une couche de papier journaux (pour conserver l’humidité et empêcher la lumière de passer) et une couche de mulch (compost, paille, copeaux de bois …). Essayez ! C’est incroyable la différence que cela engendre. Les mauvaises herbes poussent beaucoup moins et les légumes ont moins besoin d‘arrosage car le paillage empêche l’eau de s’évaporer à outrance.

Certaines plantes vont bien ensemble et d’autres se détestent. C’est le compagnonnage. Apprenez à reconnaître les alliances heureuses (comme les tomates et le basilic, ou les fraises et les poireaux, les carottes et la laitue …) ou celles mal venues (tomates et pommes de terre, les fraises et les choux …). D’une année sur l’autre, la rotation des cultures redonne force et nutriments à la terre car chaque légume ou plante puise ce dont elle a besoin tout en fixant d’autres nutriments qui peuvent être profitables à une autre culture. La rotation empêche aussi les nuisibles, car si tout change d’une saison à l’autre, les limaces ne sauront plus où donner des antennes ! La diversité et la mobilité font la force d’un jardin.

La permaculture s’adapte bien à l’agencement d’un jardin. Ces principes fonctionnent aussi pour d’autres domaines, comme la maison par exemple. Lorsque vous choisissez l’orientation de la maison, par rapport au soleil, aux vents, au paysage… Lorsque vous définissez l’agencement des pièces en fonction des habitants, ou de vos besoins, c’est aussi de la permaculture !

Si le sujet vous intéresse, sachez qu’il existe quelques livres en français (ceux traduits ne sont malheureusement pas les meilleurs), mais surtout beaucoup d’autres en anglais pour vous familiariser avec la permaculture. Il y a aussi des stages d’une ou deux semaines qui sont organisés un peu partout en France, qui vous mettrons face à des cas pratique en plus d’un savoir théorique très complet ; Je pense en faire un à mon retour. Et si vous continuez à suivre nos aventures, je vous reparlerai du jardin et de notre maison que nous organiserons grâce à ces principes.

lirvesLivres que je vous propose :

Un livre très bien rédigé et facile à comprendre, en anglais. Earth User’s Guide to Permaculture de Rosemary Marrow

La bible de la permaculture, un livre fantastique mais plutôt difficile pour les débutants. Permaculture 1 et 2 de Bill Mollison :

Un livre plus philosophique, spirituel : La révolution d’un seul brin de paille de Masanobu Fukuoka

Graines de permaculture, un livre simple et intéressant, traduit par l’équipe de Passerelle Eco.

Quelques liens intéressants :

Université populaire de permaculture et informations sur la permaculture francophone

Passerelle Eco, un site internet avec beaucoup d’informations pratiques et locales sur la permaculture, l’écologie et les communautés. Disponible en petit magazine également.

Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire, de la partager ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Merci pour ce bel article et ces splendides photos! La permaculture m’intéresse vraiment beaucoup même si pour le moment je n’ai pas de jardin où l’appliquer ^^’ On en reparlera ;)

Laisser un commentaire

Connect with Facebook

(requis)

(requis)